International Politique

Emmanuel Macron et Olaf Scholz sur la crise ukranienne

Réunis à Berlin, le chancelier allemand Olaf Scholz et le président français Emmanuel Macron ont tenu à projeter leur unité face à la crise ukrainienne et ont juré de «  garder ouverts tous les canaux de dialogue  » avec la Russie.

«  Nous sommes tous très vigilants et travaillons à des réponses communes  », a déclaré M. Macron aux journalistes, soulignant que l’Allemagne et la France étaient « unies » sur la question. «  Nous travaillons tous deux à la désescalade de la situation  », a-t-il ajouté.

À cette fin, les deux dirigeants ont souligné l’importance des différents formats de dialogue entre les alliés occidentaux, l’Ukraine et la Russie. En particulier le format dit de Normandie, composé de la Russie, de l’Ukraine, de la France et de l’Allemagne, qui est une «  contribution spéciale que nous pouvons apporter  », selon M. Scholz.

Interrogé sur ce que les deux pays seraient prêts à faire en cas d’invasion russe en territoire ukrainien, M. Scholz a déclaré qu’ils avaient «  clairement indiqué que toute intervention militaire aurait des conséquences et aurait un prix élevé  ». La Russie devrait prendre des mesures de désescalade, a-t-il ajouté.

M. Macron s’est rendu à Berlin mardi pour des entretiens bilatéraux avec M. Scholz, six semaines après la venue de ce dernier à Paris. Les deux dirigeants se sont rencontrés pour discuter de la présidence allemande du G7 pour 2022 et de la présidence française de l’UE, qui se termine en juin.

«  Il est bon que nous coordonnions ces deux tâches », a déclaré M. Scholz, promettant « tout son soutien  » à Emmanuel Macron pour les priorités de sa Présidence. Parmi les prochaines priorités législatives discutées par les deux hommes figurent l’environnement, le numérique, la défense et l’État de droit.

«  Nous voulons travailler à une modernisation industrielle qui nous permette de concilier prospérité et protection du climat  », a déclaré Olaf Scholz. Il s’agirait notamment de soutenir le paquet climatique de l’UE «  Fit for 55  ».

M. Macron a également souligné que la numérisation était une priorité pour les deux pays, qu’ils poursuivront par exemple par des investissements dans l’intelligence artificielle et la production de semi-conducteurs.

Le renforcement de la souveraineté numérique de l’Europe est l’une des priorités de la France pour sa présidence de l’UE.

source: euractiv.fr

Laisser un commentaire