Politique Régional

Ville, région, département… Le protocole sanitaire dans les écoles peut-il évoluer localement ?

« Je suis directrice d’école et je dois faire appliquer le protocole sanitaire au sein de mon établissement. Nous avons fait une rentrée en « jaune » avec un taux d’incidence à environ 150 pour 100 000 habitants. Les chiffres en France baissent. Le niveau du protocole va-t-il être revu en fonction des territoires ? », demande Myriam.

Oui, le protocole peut être revu territoire par territoire. La rentrée scolaire, le 2 septembre, s’est effectivement déroulée en « jaune », c’est-à-dire avec le niveau 2 du protocole sanitaire décidé par l’Éducation nationale. Le niveau 2 prévoit que les cours se tiennent en présentiel, de la primaire au collège, avec port du masque à l’intérieur pour les personnels et les élèves. Vous parlez du taux d’incidence : il est à la baisse.

Selon les nouveaux chiffres de Santé publique France publiés mercredi 15 septembre, le taux d’incidence en France passe sous les 100, pour la première fois depuis mi-juillet, avec précisément 99,2 cas positifs pour 100 000 habitants. En fonction des territoires, on compte actuellement 17 départements qui possèdent un taux d’incidence inférieur à 50 cas pour 100 000 habitants, seuil d’alerte initial fixée par le gouvernement : la Manche, la Somme, le Pas-de-Calais, l’Aisne, l’Orne, la Corrèze, le Calvados, la Charente, la Nièvre, la Creuse, la Saône-et-Loire, la Mayenne, le Loir-et-Cher, la Lozère, la Vendée, la Meuse, le Cantal et Mayotte.

La rentrée reportée dans certains départements

Cependant, en Guadeloupe, en Martinique, à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, ainsi que dans la partie de la Guyane en zone rouge, la rentrée a été reportée au 13 septembre.

C’est donc le niveau 4 (niveau rouge) du protocole sanitaire qui s’applique pour cette rentrée scolaire. « Au regard des circonstances exceptionnelles, la doctrine d’accueil est adaptée », indique le ministère de l’Éducation nationale sur son site. « Afin de connaître les modalités précises du retour des élèves dans les écoles et établissements scolaires dans ces territoires, et des mesures d’adaptation de leur accueil, il convient de se rapprocher des autorités locales ou de consulter le site des académies (Martinique, Guadeloupe, Guyane) », ajoute le ministère.

En Guadeloupe, Martinique, ou encore en Guyane, les taux d’incidence s’élèvent à 256, 146 et 174. Des chiffres bien plus élevés donc qu’en France métropolitaine.

Rappelons que le taux d’incidence correspond au nombre de personnes testées positives (RT-PCR et test antigénique) pour la première fois depuis plus de 60 jours rapporté à la taille de la population.

Déjà des adaptations locales sur le port du masque

Il existe déjà des adaptations locales concernant le port du masque à l’extérieur, dans la cour de récréation. Si le port du masque dans la cour n’est pas inclus dans le niveau 2 du protocole, il est néanmoins obligatoire dans certains départements ou certaines zones.

« Le port du masque en extérieur pourra être maintenu dans les établissements scolaires des zones où un arrêté préfectoral a été pris, imposant son port dans l’espace public. »

En clair si l’école est située dans une zone où le port du masque est obligatoire en extérieur, le masque est alors obligatoire dans la cour.

Des changements départementalisés ?

Des changements de protocole sont bien possibles selon la situation épidémique. « L’évolution du protocole sanitaire et le passage d’un niveau à un autre est une décision qui est en lien avec les autorités de santé », nous explique le ministère de l’Éducation nationale, ce jeudi 16 septembre.

Source: ouest-france.fr

Laisser un commentaire