Politique Régional

Covid-19: Les hôpitaux réclament plus de transparence sur l’approvisionnement des vaccins

La fédération des hôpitaux publics réclame la plus grande transparence dans l’anticipation et la réalisation de la vaccination contre le Covid-19.

« Aujourd’hui, aucun hôpital ne peut dire combien de doses [de vaccins contre le coronavirus] il recevra au total. La lisibilité des approvisionnements en vaccins est fondamentale. Sinon, elle empêche une bonne gestion et nous ne devons pas avoir à gérer la pénurie », estime Alexandre Mokede, responsable du pôle offre de soins à la Fédération hospitalière de France.

« Nous demandons la transparence des approvisionnements. Combien de doses sont précisément livrées dans le pays ; Combien sont acheminées vers chacune des cent plateformes (les établissements hospitaliers considérés comme « pivots »), combien vers les grossistes répartiteurs, combien sont inoculés », insiste Frédéric Valletoux, président de la FHF.

La visibilité à moyen terme que demande la FHF ( « On rêve d’un semestre, on se conterait d’un trimestre ») est cependant compliquée par la nature même des approvisionnements. Un seul vaccin, celui de Pfizer/BioNTech, est actuellement autorisé. Un second (Moderna) pourrait l’être dans la semaine. La date formelle d’un troisième (AstraZeneca) n’est pas encore connue.

Les supercongélateurs permettant de conserver le seul vaccin actuellement disponible sont cependant « livrés à 80 %, et la majorité sont qualifiés (approuvés sur place pour cet usage) », estime la Fédération, qui estime que les matériels seront tous ou presque en place d’ici à la semaine prochaine.

Des propositions réalistes

Fin novembre, la FHF avait formulé plusieurs propositions pour l’organisation de la (alors future) vaccination :

Que les vaccins soient acheminés par deux circuits, les grossistes répartiteurs et les hôpitaux. C’est le cas.

Qu’on aille plus vite que le calendrier proposé par Haute autorité de santé, en vaccinant d’emblée au-delà des Ehpad. C’est ce qui est finalement en train de se passer.

Qu’à l’échelle des territoires, se mette en place une coordination entre tous les acteurs, afin d‘anticiper et préparer des calendriers sur plusieurs mois. Ce n’est pas encore fait.

Soutien aux centres de vaccination

L’hôpital ne sera pas et ne doit pas être seul à assurer la vaccination contre le Covid-19, ont rappelé mardi les responsables de la FHF, qui attendent un peu plus d’enthousiasme de la part des libéraux. Les médecins de ville ne pourront se consacrer entièrement à la vaccination, et la FHF soutient fermement l’ouverture de centres de vaccination, qu’ils soient ou non adossés à un hôpital. Certains voient déjà le jour, à Nanterre, Rodez, Grenoble…

« Trois ou quatre modèles organisationnels sont envisagés, détaille Alexandre Mokebe. Soit ils sont ouverts et gérés par un des cent établissements pivots, soit ils sont ouverts par des collectivités locales ou des CPTS (regroupement de professionnels de santé) avec des équipes mixtes, soit les vaccins sont livrés sur des lieux d’exercice groupés, comme des maisons de santé. »

Mardi matin, Olivier Véran, le ministre de la Santé, a promis l’ouverture de 500 à 600 centres de vaccination d’ici à fin janvier.

Source: ouest-france.fr

Laisser un commentaire