Cyber sécurité

Une faille de sécurité informatique: des données personnelles de 130.000 gendarmes sont aux accès

Récemment la Gendarmerie nationale a démasquéun vaste reseau informatique malveillant comptant environ 860.000 terminaux infectés par un malware. L’opération a été menée par le Centre de Lutte contre les criminalités numériques de la Gendarmerie.

Mais quelques jours plus tôt, les données personnelles de 130.000 gendarmes [noms, date de naissance, adresses] ont été accessibles depuis le site Vetigend, lequel permet aux militaires de commander leurs effets professionnels via un marché externalisé et confié au groupe Paul Boyé Technologies. La responsabilité de cette fuite revient à ce prestataire privé.

Une source à l’AFP a confié que ces données personnelles figuraient dans un fichier, rendu accessible à cause d’une « erreur d’un informaticien chez le prestataire ».

Par suite le sites Vetigend et Vetipol ont été temporairement fermés pour vérifier si le prestataire respectait bien les procédures de gestion et d’accès aux fichiers.

En janvier 2018, le ministre de l’Intérieur, étant alors Gérard Collomb, avait annoncé la création d’un « coordonnateur national » pour superviser la protection des gendarmes et de leurs familles parce qu’il y a eu des cas des gendarmes étaient des victimes pour raison de la fuite des données personnelles.

Par exemple le 24 août, un homme qui menaçait de s’en prendre à 80 gendarmes qu’il avait identifiés sur les réseaux sociaux a été interpellé à Clermont-Ferrand.

Laisser un commentaire