International Politique

La France et la Russie: la coopération possible ?

Dans un communiqué publié le 3 septembre, la ministre des Armées, Florence Parly, a déclaré qu’elle aeu un entretien téléphonique avec son homologue russe, Sergueï Choïgou pendant laquelle elle a évoqué « les problématiques de maîtrise des armements ainsi que la situation dans les zones de crise : Ukraine, Levant, Golfe, République centrafricaine. »

Le même communqué dit que les deux ministres ont « étudié des pistes de coopération possibles sur lesquelles ils reviendront » à l’occasion de la visite envisagé par Mme Parly et Jean-Yves Le Drian, le chef de la diplomatie française, à Moscou [les 8 et 9 septembre]. Ces questions seront examinés par le « comité franco-russe de coordination sur les questions de sécurité ».

Ce dialogue franco-russe s’est revécu à la suite de decision de Macron d’explorer « les voies d’un rapprochement » avec Moscou afain d’éviter rapprochement la Russie et la Chine.

Pour autant, il y a beaucoup de sujets de désaccord entre Paris et Moscou: République centrafricaine, voire au Mali. De plus il ne faut pas oublier le dossier syrien, de même que l’Ukraine. C’est d’ailleurs ce qu’a rappelé M. Le Drian devant la presse diplomatique, le 3 septembre.

« On a un paquet d’éléments qui nous amène à avoir une défiance vis-à-vis de la Russie », a dit le ministre. « Mais se maintenir dans ce statu quo de défiance n’apporte rien à personne », a-t-il ajouté, selon l’AFP. D’autant plus que la fin du Traité sur les Forces nucléaires intermédiaires [FNI] et l’incertitude concernant l’avenir du Traité de contrôle des armements nucléaires stratégiques [START] au-delà de 2021 exigent, selon lui, un dialogue avec Moscou.

S’agissant du traité FNI, M. Le Drian avait accusé Moscou de l’avoir violé, disant que « Par sa violation du traité FNI et son absence de réponse à nos demandes répétées de clarification, la Russie menace directement la sécurité transatlantique et la stabilité stratégique », avait-il en effet déclaré, en décembre 2018.

Quoi qu’il en soit, le START, qui concerne uniquement les arsenaux nucléaires américains et russes, comme l’ex-Traité FNI, ne sera « vraisemblablement pas reconduit », a estimé M. Le Drian. « Nous allons être à partir de 2021 en absence de régulation sur les armements stratégiques entre la Russie et les États-Unis », a-t-il continué. Aussi, « l’Europe sera nue d’une certaine manière par rapport à ces deux puissances nucléaires […] sans compter la montée en puissance de la Chine d’une manière qualitative et quantitative », a-t-il fait valoir.

Pour le moment des directions de coopération possibles, évoquées dans le communiqué de Mme Parly, ne sont pas clair.

Il est a noter que le 21 mars 2014, pendant la crise en Ukraine, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian annonce l’arrêt de la coopération militaire franco-russe et l’Union europeenne adopte des sanctions à l’encontre de la Russie.

Laisser un commentaire